Var : le RN s’attribue la majorité des GJ !

Boccaletti, son secrétaire départemental, se voit offrir une page dans VM qu’il titre avec sa modestie habituelle sur toute la largeur : “La majorité des Gilets jaunes sont des sympathisants RN”. Il n’a pas eu besoin de sondage.

Cette récupération devrait aller droit au coeur des Gilets jaunes qui se sentent justement à l’aise en raison de leur discrétion quant à leurs opinions politiques -ou non- et à leurs distances avec toute structure politique et syndicale, pour faire émerger leur profond mal-être social sans à priori, ni y représenter une “chapelle”quelle qu’elle soit.

Et quoiqu’on puisse en penser, ça a donné un mouvement social puissant, historique et qui dure.

Voilà que le RN –qui se croit en pays conquis- ne peut plus résister à se prendre pour la grenouille qui se veut  plus grosse que le boeuf. Boccaletti nous assure de son engagement du premier jour et de sa solidarité avec “les gens qui sont dans le mouvement (et) qui ne sont pas des fainéants contrairement à ce que pense Macron....” Un peu de vernis, ça ne ne mange pas de pain.

Cependant il est contre une augmentation du SMIC, voyez-vous ! “Ce sont les chefs d’entreprises, les petits commerçants et les artisans qui paieront le plus lourd tribut…” Il préfère “prendre 150 ou 200 euros sur les charges des patrons et les verser directement aux salariés…” Mais c’est exactement ce que fait Macron avec la prime d’activité parce qu’il ne veut pas augmenter le SMIC !

(En 1968, le rapport de forces et les près de 10 millions de grévistes avaient permis aux syndicats d’obtenir du gouvernement +35 % d’augmentations du SMIC, +10% pour les autres salaires, la reconnaissance de la sections syndicale d’entreprise…)

Le message du secrétaire du Var, nommé par Marine Le Pen est gros comme le nez sur la figure : puisque le RN est majoritaire chez les Gilets jaunes, pas besoin de liste autonome pour les Européennes !

Boccaletti a beau dire “qu’il ne craint pas du tout qu’une liste GJ prenne des voix au RN…”son nez s’allonge ! Puis il annonce “qu’il y aura d’abord un débat…notamment sur l’immigration ???” Il en fait “sa” priorité alors que cette question ne faisait pas partie des urgences depuis deux mois. Mais il n’y a pas de question tabou.

Il lâche enfin sa pensée et le but de cette interwiev : “même si je souhaite qu’il y ait une liste Gj (le nez s’allonge encore)…cela me semble bien mal parti” ! Et pour qu’on le comprenne bien, ceci : “ils préfèreront voter pour notre liste plutôt que pour une liste GJ sans ligne politique cohérente…”

 On comprend mieux l’investissement du conseiller régional RN chez les GJ. La campagne est lancée, la tête de liste désignée ainsi que les deux ralliés des LR dont le Vauclusien Thierry Mariani, ancien ministre de Sarkozy, maigre capture. Et une liste GJ annoncée qui ne fait pas du tout les affaires du RN si on en croit Boccaletti à travers sa langue de bois.

Il y a un autre tour de force : rien sur le virage à 180 °du RN concernant la sortie de l’Europe et de l’euro…ce n’est plus à l’ordre du jour ! Rien que ça. Rétablir notre monnaie nationale et nous replier sur l’hexagone nous était vendu comme les conditions sine qua non pour retrouver le dynamisme, l’indépendance, la croissance et le plein emploi, bien au chaud…derrière nos frontières où l’on n’accueillerait pas plus de 10 000 immigrés légaux par an !

C’est qu’ils veulent gratter les voix de droite en déshérence, vu l’état des LR après le naufrage de Fillon, à défaut d’avoir neutralisé Dupont Aignan, comme ils l’avaient fait en 2017 en lui offrant le poste de Premier ministre ??

Autre particularité : le RN ne touche jamais aux profits et aux privilèges du capital. Il est du côté du MEDEF lui aussi. Cherchez l’erreur ? Le social et l’écologie, il n’a pas ça du tout dans son ADN…si ce n’est pour saupoudrer quelques discours et donner le change. Il ne faut pas compter sur eux pour faire reculer le pouvoir de l’argent, la frénésie du profit et toutes les humiliations qui s’en suivent pour l’immense majorité des citoyens et des peuples.

Nous entrons dans le dur d’une campagne courte aux enjeux énormes en France et en Europe notamment, les deux en capilotade. Le RN, sa nouvelle stratégie ne constituent pas plus qu’hier une alternative progressiste ni en France ni en Europe mais exactement le contraire. Il suffit de voir qui sont ses “modèles” et quels sont leurs résultats.

Ce qui les sépare de Macron c’est qu’il assume son néo-libéralisme dont il nie la crise tandis que le RN n’assume pas son ultra-libéralisme conservateur. Ni l’un ni l’autre ne s’attaque à la dictature de la finance, à la domination du capital. Ils sont les deux faces d’une même pièce.

Qu’il faille changer fondamentalement l’Europe, tout en coopérant souverainement, cela est urgent. Tout dépend dans quel sens on met le cap. Pour les peuples ou pour le profit de quelques-uns ?

René Fredon

Laisser un commentaire