Posidonies – Port de Saint-Elme

Si nous partageons le point de vue de la nouvelle équipe municipale quant à l’impératif de régler ce dossier sensible en souhaitant y prendre une part active, la section du PCF de La Seyne s’interroge cependant sur le processus précipité de remblaiement et de stockage des herbiers de posidonies au sein des anciens ateliers mécaniques.

S’agissant du stockage des posidonies sur ce site, cette opération apparaît totalement inappropriée alors que Ville et Métropole auraient pu se coordonner conjointement pour trouver un lieu plus adéquat et excentré.

D’une part, ce stockage inopportun n’éliminera pas les odeurs nauséabondes qui se dégagent des posidonies amassées hors de l’eau et ne fera que déplacer les nuisances actuellement subies par les habitants de Saint-Elme et les infrastructures commerciales et touristiques de cette frange du littoral.

Les riverains des Ateliers mécaniques subiront le même préjudice.

Une autre menace beaucoup plus problématique se pose, celle de la pollution actuelle de l’ancien site industriel par l’amiante, par différents types d’hydrocarbures et autres agents polluants, que l’installation d’une bâche ne saurait régler.

Nous rappelons qu’actuellement une association « de défense de l’environnement » a pris la responsabilité d’intenter toutes les procédures juridiques pour empêcher l’avènement du projet des Ateliers Mécanique contraignant la société qui a remporté l’appel à projet à effectuer les travaux nécessaires à la dépollution du site exigée dans le cahier des charges. Restera-t-elle silencieuse sur cet épineux dossier du stockage des posidonies ?

En somme, cette opération de stockage n’est en rien une solution pérenne et respectueuse de l’environnement. Pourtant, d’autres alternatives existent, celles prescrites pour cette espèce végétale et préconisées dans le cadre de la protection de nos côtes contre l’érosion.

Il serait en outre opportun de solliciter une entreprise de recyclage compétente en ce domaine afin de mettre en place une stratégie métropolitaine sur cette question impérieuse pour l’équilibre écologique de notre littoral.

Quant au coût de cette opération, il nous semble légitime que la population seynoise en soit informée.

Sentant les faiblesses de la nouvelle majorité municipale à gérer une première situation critique, nous comptons sur sa totale transparence dans cette affaire.

La section du PCF ne peut se satisfaire de solutions de fortune prises dans la précipitation mais demande la programmation de solutions durables et respectueuses de toutes et tous.

Denis GERNER – Secrétaire de la Section PCF de La Seyne