Maîtriser la finance , Pour en finir avec les impuissances de la gauche

Un sociologue marseillais, classé à gauche, voyait tout récemment dans Noël “le tournant vers une renaissance de la société…”! Il faut avoir une bonne vue.

L’apparition d’une nouvelle souche du virus, la hantise d’un reconfinement après les fêtes, la contamination plus forte que prévue en France et dans de très nombreux pays inciteraient plutôt à tempérer tout optimisme quant à une sortie de la crise sanitaire loin d’être maîtrisée. Tandis que la crise économique s’approfondit, la crise sociale prend des allures dramatiques et la crise écologique accumule les retards sur les objectifs fixés. Les changments climatiques n’ont-ils pas à voir avec la pandémie ?

Pour masquer les carences de sa gestion sanitaire, ses refus d’accroître les capacités hospitalières, Macron multiplie les déclarations qu’il pare de bonnes intentions. Le 16 novembre, le conseil d’Etat a donné trois mois au gouvernement pour “justifier que la trajectoire de réduction à l’horizon 2030 pourra être respectée…” Il a aussi déçu la “convention citoyenne pour le climat” qu’il avait initiée. Il promet un référendum qui, s’il le tient avant la présidentielle, devrait ressembler à un plébiscite.

Dernière entourloupe : le projet de loi  -un de plus- de l’exécutif, sur la gestion des urgences sanitaires après le 1er avril 2021 : une sorte de “passeport sanitaire” qui rend obligatoire l’administration d’un vaccin pour certains déplacements ? Contrairement à ce qu’ avait déclaré Macron un mois avant ! Devant le tollé, le ministre de la santé a assuré que le projet de loi était différé…après la crise ?  Comme les retraites : pas retiré…nuance.

Hormis les très riches et très hauts revenus, les conséquences économiques et sociales pèsent lourdement sur toutes les catégories sociales qui voient leurs ressources baisser et le chômage s’accroître, faisant exploser les aides sociales, la pauvreté, la précarité, les inégalités…

Macron multiplie les initiatives et les projets de loi liberticides comme le projet global sur la sécurité ou celui sur le “séparatisme” sous la pression des LR et du RN. Ce qui ne peut que cliver un peu plus notre société en se drapant dans les valeurs de la République et de la laïcité mais en oubliant que la République est aussi sociale.

Même la constitution de la Vè République le mentionne : “La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale.”Comme quoi les mots peuvent être pervertis par la réalité qu’ils recouvent en contradiction totale avec les faits, le vécu et les aspirations du peuple à se libérer de l’aliénation économique.

C’est la Révolution de 1789 qui a fondé la Nation et avec elle, la République, succédant à la royauté de droit divin. Il ne suffit pas de s’appeler aujourd’hui “Les Républicains” (LR) pour incarner les valeurs républicaines de “liberté, égalité, fraternité“. Encore moins le”Rassemblement national” (RN), inconditionnel de Trump jusqu’au bout ! Quant à “La République en marche”(LREM) elle relève du bonapartisme et partage avec les précédents le même attachement aux dogmes capitalistes qui leur servent de boussole commune et de projet de société.

L’enfoncement dans la crise, déjà là avant l’apparition du virus, décuple les doutes et les colères sociales visant un pouvoir arc-bouté sur le rendement des dividendes des majors de l’économie par les privilèges fiscaux et les aides de l’Etat à fonds perdus en faveur des plus riches, au détriment des services publics privatisés et des protections et minimas sociaux, des salaires et retraites à la baisse, creusant délibérément le “trou” de la sécu !

 Le coeur du combat de classe

 Le calendrier politique, quelque peu bouleversé pour les municipales, risque de l’être encore pour les régionales et départementales déjà retardées en juin prochain. La présidentielle se profile en mai 2022. Les attelages s’activent dans les écuries dans les circonstances encore pleines d’incertitudes quant à la maîtrise de la crise sanitaire dont on craint de nouveaux rebondissements.

Des candidatures se déclarent à gauche en vue des présidentielles, sur fond de mouvement social fragmenté etune opposition de gauche en rangs dispersés qui doit affronter une très forte abstention dans les classes populaires.

Encore faut-il que s’ouvre le débat de fond sur ce que les uns et les autres mettent dans la transformation sociale à l’ordre du jour ?  Avec un PS morcelé, longtemps dominant puis acquis au social-libéralisme, des écologistes ambigüs et partagés quant à leur positionnement politique vis-à-vis des puissances d’argent qui surplombent les gouvernements, comme c’est toujours le cas.

La gauche peut-elle entretenir l’illusion que l’on peut réguler le capitalisme et le convaincre d’abandonner ses privilèges et ses pouvoirs ? Certes on peut les limiter et les faire reculer par la lutte des classes…mais certains, à gauche, pensent que l’écologie est devenue le nouveau moteur de l’histoire qui va rassembler riches et pauvres, exploiteurs et exploités pour la bonne cause ? Après que les premiers aient mis la planète et le monde à feu et à sang !

Car la cause profonde de l’état de la planète n’est pas le civisme des individus (même s’il y a à faire) mais, fondamentalement, le mode de production extractiviste et productiviste,  propriété d’une caste qui a pour objectif : l’accumulation du capital, la course au profit, à la rentabilité par la “compétitivité”, le “libre” marché et l’exploitation salariale…

Cette soif de profits pousse à une consommation débridée et sélective jusqu’à organiser l’obsolescence de certains produits,  au détriment de la planète sur-exploitée et durablement endommagée comme ses habitants.es condamnés par centaines de millions au sous-développement, à la malnutrition, aux aléas climatiques et aux guerres de domination économique et politique.

 Le poids de la finance, de l’argent et de son utilisation est plus que jamais au coeur du combat de classe qui appelle, à terme, une rupture/dépassement du capitalisme. Pas seulement une meilleure répartition, toujours bonne à prendre, fruit des luttes et non du bon vouloir du propriétaire des grands moyens de production et d’échange. Car il garde son statut d’exploiteur de main d’oeuvre et ses pouvoirs sur les choix de production et sur les producteurs réels de richesses que sont les salarié(es) et les petits producteurs, artisans et commerçants… Il n’est pas un fournisseur de travail qui en ferait un philantrope !!! En revanche il est bien le seul décideur des plans de licenciements en vertu de ses pouvoirs et de ses seuls intérêts, contre l’intérêt général.

Un candidat communiste pour clarifier les enjeux

 L’hypothèse de la présence d’un candidat communiste à la prochaine élection présidentielle découle de l’analyse du contexte mondial et des engagements pris au 38è congrès du PCF fin novembre 2018.A l’évidence, la crise sanitaire renforce encore l’urgence d’engager la transition sociale et écologique.

L’accumulation des capitaux a atteint un tel niveau qu’il faut aux capitalistes disposer de l’argent public des Etats pour leurs projets choisis selon la rentabilité qui en est attendue. Cela passe aussi par la sur-exploitation des salariés.es et par le chômage, compensé -ou non- selon le rapport des forces, par la protection sociale, elle-même concurrencée par les assurances privées, autre moyen de ponctionner les salariés.es.

Un processus révolutionnaire adossé aux luttes dans les entreprises -autres lieux de pouvoir-pourrait aboutir “à l’institution de nouveaux pouvoirs politiques et économiques de tendance décentralisée et autogestionnaire », écrivait déjà Paul Boccara, économiste communiste après l’échec de l’expérience gouvernementale de 1981.(1)

Ses travaux théoriques ont largement inspiré la proposition de loi sur la Sécurité d’emploi et de formation, à partir des luttes sociales, de nature à éradiquer la pauvreté et le chômage. Le PCF lui-même n’en a pas mesuré toute la portée.

De même, “une transition écologique réussie… demande de renverser les principes dominants du capitalisme, marchandisation et rentabilité. Pour cela, il faut une véritable révolution des rapports sociaux de production et de consommation” dit encore une contribution collective en faveur d’un candidat  communiste en 2 022.

Cette candidature n’est pas dictée par la volonté de compliquer la recherche d’une candidature unique de la gauche susceptible de figurer au second tour. Si tant est que tous les écologistes se réclament de la gauche ? Déjà plusieurs candidats ont rendu publique leur intention (Verts, LFI, PS…) ce qui rend improbable l’hypothèse.

Le PCF entend porter le débat sur le fond des enjeux, des causes et des solutions. Lors de la seule élection de portée nationale qu’il a délaissée à tort, au motif d’une efficacité électorale supposée qui a fait la preuve du contraire. Tout en participant aux luttes sociales et sociétales qui se multiplient dans un contexte gravissime des plus incertains.

Une conférence nationale décidera le 8 mai, suivie d’un vote des 50 000 adhérents, des orientations et de la candidature, d’autant plus légitime qu’il est le seul parti porteur d’un projet communiste pour le XXIè siècle.

Perspective révolutionnaire, à un moment historique, qui appelle des réponses claires et cohérentes pour sortir du cercle vicieux réformiste d’ajustement libéral afin de renouveler les bases du rassemblement à gauche.

René Fredon

(1) https://enavantlemanifeste.fr/2020/12/22/sortir-de-limpuissance-la-gauche-face-au-pouvoir-du-capital/