Sarkozy en garde à vue…la vie continue..

Il n’y a pas à dire : l‘actualité est riche en ce moment. L’ancien chef de l’Etat était convoqué mardi matin dans les locaux de la police judiciaire à Nanterre, soupçonné de financement illicite de sa campagne de 2007 par la Libye. Rien que ça.

L’affaire n’est pas nouvelle. Après les révélations de Médiapart dès 2012, une information judiciaire avait été ouverte dès avril 2013. C’est  la première fois qu’il était entendu dans le cadre de cette affaire dont il conteste les accusations portées contre lui.

Plus récemment, il est également impliqué dans l’affaire Bygmalion sur les surfacturations émises par la société-maison qui organisait les meetings de sa campagne de 2012 pour laquelle il avait dépensé le double du plafond, soit 40 Md’E. En décembre dernier la Cour d’appel avait renvoyé sa convocation devant le tribunal correctionnel.

On ne prête qu’aux riches, c’est bien connu. Mais les valises de billets finissent par parler en faisant au passage quelques dégâts collatéraux. Laissant à la justice le temps de vérifier ses soupçons qui ne relèvent pas de l’humeur des juges (en principe) mais des preuves qui peuvent -ou non- les confirmer.

Attendons la suite sans perdre de vue le rouleau-compresseur des contre-réformes qui s’amoncellent et décillent les yeux de beaucoup qui faisaient plutôt crédit à ce jeune prodige ambitieux qui leur inspirait confiance et qui voient concrètement leur pouvoir d’achat fondre -parfois de manière très sensible, jusqu’à -10% pour des retraités juste au-dessus de la moyenne qui ne sont pas riches du tout. Grâce au transfert des cotisations sur la CSG !

Tout comme les cheminots désignés à la vindicte par ce pouvoir-des-riches, pour leur statut et leurs soi-disant “privilèges”. Histoire de mieux privatiser un service public, l’un de nos fleurons industriels que les gouvernements ont délibérément cassé pour l’offrir au privé, comme ils veulent faire avec nos aéroports, comme ils l’ont fait avec nos autoroutes, nos télécommunications, nos entreprises énergétiques.

Tout comme nos personnels soignants et non soignants dans nos hôpitaux publics (pour combien de temps encore ?), nos enseignants, nos gardiens de la paix, nos magistrats et greffiers, nos personnels pénitentiaires, bref tous ces fonctionnaires qui ne rapportent rien sont invités à quitter la fonction publique pour qu’elle coûte moins cher aux contribuables ! Quel argument lamentable !

On ne savait pas que les écoles devaient être financièrement “compétitives”, ni les hôpitaux publics qui, contrairement au privé, accueillent tout le monde parce qu’ils ont aussi une vocation sociale. Et c’est tout à leur honneur.

Et maintenant on livre à la vindicte les chômeurs présumés “tire-au-flanc” qui n’acceptent pas n’importe quoi, à n’importe quel prix ? Un scandale de plus, non pas qu’il ne faille pas contrôler mais ne disent rien des patrons qui oublient de cotiser et de déclarer tous leurs effectifs et surtout des gouvernants qui tous vous disent qu’ils n’ont qu’une préoccupation : le chômage et qui sont remerciés pour n’avoir pas tenu leurs promesses ! Ou qui vous font croire qu’on est en train de sortir de la crise, qui vous matraquent de statistiques triées sur le volet ou qui vous parlent de nouvelles créations d’emplois oubliant de compter les pertes, les fermetures d’entreprises, bref qui nous enfument à longueur de journée !

Pas plus que les cheminots ne sont responsables de la dette de la SNCF, les chômeurs ne sont pas responsables du chômage qui est consubstantiel du système capitaliste qui l’utilise pour faire baisser les prix de la main d’oeuvre. C’est même une arme redoutable…contre les salariés (es).

Nos gouvernants sont en train de s’apercevoir que leurs actes commencent à peser sur la crédibilité de leurs paroles. Et que ce n’est pas en fuyant en avant dans le bradage de notre patrimoine, de nos services publics, de nos droits et protections sociales, pour accélérer la destruction de notre modèle social offert aux appétits de profits des actionnaires qu’ils vont gagner en influence.

Leurs méthodes, les ordonnances et le “dialogue” biaisé une fois prises les décisions, relèvent du mépris de la démocratie et du rôle du parlement. Coluche disait : “Quelle est la différence entre dictature et démocratie ? La dictature c’est ferme ta gueule, la démocratie c’est cause toujours”! Pertinent non ?

Surtout quand s’affichent les résultats des entreprises du CAC 40 pour 2017 : près de 95 milliards d’euros de bénéfices nets ! En hausse de 24% sur 2016 se félicite Le Figaro du 8 mars 2018 ! Et Macron fait des cadeaux fiscaux à ceux qui payaient l’impôt sur la fortune en retenant les APL des plus pauvres !

Leur grand souci : pourvu que les usagers ne s’associent pas aux grévites et nous aident à “réformer” le pays. Voilà qui explique l’écho des médias pour mettre l’accent sur les “prises d’otages” des non grévistes, les conséquences du mouvement social qui s’annonce important.

Curieusement aucun JT n’a cru bon d’informer de l’appel commun d’une douzaine de partis de gauche à soutenit le mouvement de grève et les rassemblements  à partir de ce jeudi 22 mars. Pourtant ça faisait longtemps que la gauche était à la recherche ne serait-ce que d’une riposte commune à l’un des mauvais coups qui tombent comme les flocons de neige le jour du printemps.

René Fredon

PS  Pris par un calendrier chargé, le Chef de l’Etat, celui du gouvernement…ont fait l’impasse, sauf erreur, sur deux dates historiques : le 18 mars 1871, début de la Commune de Paris occupé par les Prussiens…et qui sera réprimée le 28 mai au terme de la “semaine sanglante” par Thiers et les Versaillais qui avaient fui Paris devant les Prussiens et se livreront à un massacre (20 000 morts sans compter les prisonniers et les arrestations qui suivront par milliers)

Et le 19 mars 1962, date de la fin de la guerre d’Algérie. Un oubli sans doute ?

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire