L’amnésie d’Hubert Falco :

Le patron de la droite départementale, Hubert Falco a fait adopter le 5 octobre dernier au comité départemental des LR, une motion sur “la fierté d’être la droite” et sur “l’importance de la droite et de la gauche dans une démocratie“.

Quelques extraits de la motion, à côté d’un portrait d’H. Falco, ont été publiés le dimanche  8/10/17 dans Var matin.

Une motion destinée au gouvernement pour lui faire savoir, entre autre, “que la France des territoires est inquiète notamment devant le rideau de fumée proposé par le gouvernement dans son projet de loi de finances…”

 En effet, il y a de quoi être inquiet mais où a-t-il vu que le projet de loi de finances n’était qu’un “rideau de fumée” ? C’est une réalité bien concrète et connue qui soulève d’ailleurs une résistance de plus en plus large dans la plupart des catégories sociales… Mardi 10, c’était au tour des personnels de la fonction publique nationale et territoriale de battre le pavé, très très nombreux, comme à Toulon, dans l’unité syndicale la plus totale. Une première depuis 10 ans !

Mal payés, méprisés, précarisés, le point d’indice gelé, on leur impose la CSG sans compensation : la baisse du pouvoir d’achat des fonctionnaires et la saignée de leurs emplois ne sont pas un rideau de fumée….Ils sont en sous-effectifs partout, particulièrement dans les hôpitaux et l’Education nationale mais aussi dans la justice, dans la police pour traquer les terroristes et les délinquants, dans les finances pour traquer la fraude fiscale et sociale, les évadés fiscaux.

Et Macron leur annonce la suppression de 120 000 fonctionnaires sur le quiquennat dont 70 000 dans les collectivités territoriales ! C’est un non sens.

Hubert Falco aurait-il oublié que son candidat, François Fillon (1), proposait d’en supprimer 500 000 en 5 ans…qui dit mieux ? Et il prétend défendre les services publics et faire des LR “une force d’opposition responsable et déterminée “?

Aurait-il perdu de vue que le 1er ministre, E. Philippe, est issu de ses rangs, comme le ministre de l’économie et celui du budget qui était directeur de campagne de Sarkozy à la primaire de la droite. Ils sont très à l’aise avec Macron en libéraux décomplexés. Ce gouvernement va dans leur sens, il est à droite.

Autre exemple, la suppression de la taxe d’habitation, au seul détriment des communes, ne peut qu’être un marché de dupes avec la baisse des dotations de l’Etat : 13 mds en 5 ans. C’est très lourd, mais lorsque Sarkozy était aux commandes, avec Fillon à Matignon et  Falco secrétaire d’Etat, il a supprimé en 2010 la taxe professionnelle qui alimentait les budgets communaux, s’en est-il indigné ? Pas du tout. Qui en a été victime ? les collectivités locales et les ménages.

Là encore il s’agissait de “renforcer l’attractivité et la compétivité des entreprises”. Ce sont les administrés qui ont payé pour les entreprises au détriment des services publics, accentuant les inégalités de territoires. Estrosi aussi veut faire entendre la voix des territoires

ça ne mange pas de pain et c’est leur manière de ne pas regarder en face les dégâts des politiques libérales qui se succèdent depuis plus de trente ans.

La baisse des APL, la suppression des emplois aidés, la politique de la ville sacrifiée, ça ne le concerne guère, il n’en parle pas. Il disserte sur les territoires menacés par la recentralisation et s’est empressé d’officialiser la métropole qu’il préside et qui met les communes sous tutelle.

1.Falco a l’indignation très sélective et des intentions tellement “sociales” en matière fiscale qu’il en oublie les allègements fiscaux des très riches, à travers la baisse de l’ISF, dont l’assiette se voit amputée des capitaux mobiliers (objets de luxe, yachts, jets, actions, titres…), un cadeau de 4,5 mds…aux plus riches.

Fillon voulait, lui, aller encore plus vite et supprimer l’ISF dès 2018 ! Ramener l’impôt sur les sociétés à 25 % (Macron à 30 au lieu de 33, 33%, taux normal),  transformer le CICE en baisse de cotisations patronales, ce que fait Macron. Ils sont si proches. Fillon augmentait de 2 points la TVA, Macron de 1,7 point la CSG. Seuls les retraités à moins de1200 euros/mois en seraient exonérés.

Falco découvre que ” la CSG va impacter nos retraités…” mais 2% de TVA en plus pour tout le monde, ça ne le choquait pas ! L’emploi, le pouvoir d’achat des salariés, leurs droits et protections, le logement social, les inégalités…” ça lui paraît secondaire. Mais qui va payer l’augmentation des énergies : eau, gaz, électricité, le diésel, les cotisations des mutuelles, les déremboursements des médicaments, la baisse des APL, l’augmentation des loyers et des charges…etc ? Nous tous pardi !

Ce ne sont pas vraiment ses préoccupations. Lui c’est “liberté pour notre économie” (entendez réductions fiscales pour les riches) et “défense de nos territoires“…sans rien changer aux causes qui produisent cette société à deux vitesses, cette casse des services publics, ces inégalités entre citoyens et entre territoires : la toute puissance de la finance privatisée, ses pratiques spéculatives, son appropriation du travail humain, ses choix dictés par le draînage des capitaux en fonction des intérêts de la caste qui nous dirige.

Falco est juste préoccupé de sauver les meubles d’une droite écartelée entre le soutien à un pouvoir qui inclut une partie des siens et la tentative, avec Wauquiez, de durcir le ton pour que l’électorat de droite cesse de basculer vers le FN qui, lui aussi, a beaucoup à faire pour garder un semblant d’unité.

René Fredon

http://www.lemonde.fr/personnalite/francois-fillon/programme/

Laisser un commentaire