La Seyne /Le président-délégué de “Terres du Sud” démissionne de sa fonction §

  • par

Depuis plusieurs mois le torchon brûle au sein du groupe majoritaire du conseil municipal.

M.Yves Gavory qui occupait les fonctions de président-délégué de l’Office d’HLM “Terres du sud” et qui subissait la pression des amicales de locataires, avait publiquement révélé qu’il rejoignait les “marcheurs” de Macron !

C’est évidemment son droit mais cela n’est pas compatible avec son maintien dans le groupe d’union de la gauche avec à sa tête Marc Vuillemot qui, bien qu’ayant quitté le PS, est resté bien à gauche. La moindre des choses, c’est que Yves Gavory démissionne aussi de ce groupe.

Cela fait plusieurs mois que les élus communistes demandent son retrait, pas seulement de la délégation qu’il assumait mais du groupe majoritaire. Car cela voudrait dire qu’un adhérent de LREM pourrait faire partie d’un groupe qui combat toutes les politiques anti-sociales de Macron et du pouvoir en place ?

Y compris les politiques qui asphyxient les communes, dénoncées en permanence par le maire et les élus de gauche. Sans parler des politiques du logement social, le grand oublié des préoccupations de ce gouvernement qui n’a pas hésité à baisser les APL comme signe de sa sollicitude en même temps qu’il supprimait l’impôt sur la fortune !

L’intervention du président-délégué mardi en séance du conseil municipal a ciblé le groupe communiste “qui ferait preuve d’animosité ” à son égard et, comme il est soucieux “de maintenir l’équilibre de notre équipe municipale”…il a décidé “de passer la main sur la vice-présidence de TSH…”?

Curieuse manière de présenter les choses : ce n’est pas parce qu’il s’appelle Gavory que le groupe communiste a, en effet, beaucoup insisté pour qu’il ne puisse plus garder sa délégation, ni appartenir au groupe majoritaire, c’est par souci de ne pas entretenir de confusion politique, d’incohérence idéologique, comme l’a rappelé Robert Teisseire au nom des élus communistes “parce que nous combattons le projet macroniste ultra-libéral…et par respect du mandat que nous ont donné les électeurs”.

C’est M.Gavory qui a crée le problème, pas le groupe communiste ! Voilà quelqu’un qui fut secrétaire déparemental du MRC (à la gauche du PS), qui a accepté de faire partie de l’équipe de gauche avec le maire (à l’époque membre du PS) et, qui, tournant sa veste, rejoint la macronie en plein mandat…et il faudrait ne rien dire et trouver cela normal, alors qu’il fait campagne pour sa nouvelle famille d’accueil -peut-être même tête de liste…qui sait ?

Ce serait ça la nouvelle éthique, en politique ? Le comble, c’est que ce “militant” qui a pu fréquenter la gauche, vient de la quitter comme tous ceux qui ont choisi de servir le projet des plus inégalitaires de Macron…dont on voit où il mène. Et c’est aux communistes qu’il s’en prend ! Hommage du vice à la vertu. Heureusement qu’ils ont eu le courage de réagir et d’insister pour que la clarification soit faite.

Il reste encore une étape à franchir : “pour maintenir l’équilibre de l’équipe...” comme ose le dire Gavory, il doit la quitter s’il veut être cohérent avec lui-même. Les élus communistes ne disent pas autre chose. Conscients que ce sont de telles pratiques qui discréditent la politique et écoeurent les électeurs.trices, nourrissent l’abstentionnisme et le populisme d’extrême-droite.

Or m; Gavory n’a pas quitté le groupe et cherche manifestement à diviser la majorité et à isoler les communistes, d’autant que le maire n’est pas intervenu en séance. C’est un peu dommage.

Il va devoir le faire sous peine d’entretenir l’ambiguïté qui ne pourrait que nuire à la cohésion du groupe, donc à son efficacité.

C’est de clarté et de fidélité aux engagements pris devant les électeurs qu’il s’agit. Il est clair que Gavory ne fera plus partie d’une liste de gauche en 2020. Il n’est pas envisageable qu’il finisse le mandat dans le groupe actuel. C’est ce qu’a rappelé le groupe communiste. Qui a tourné le dos à ses engagements ? Que Gavory en tire toutes les conséquences.

Simple question d’honnêteté.

 

René Fredon

 

 

 

Laisser un commentaire