Européennes 2019: Le PS s’en remet à Place publique!

La présidentielle et les législatives au printemps 2017, avaient précipité l’éclatement du PS et de la droite (LR et centristes) dont une partie des cadres, anciens ministres ou pas, s’était reconvertie dans le parti de Macron, LREM sans le moindre état d’âme. Laissant croire que c’en était fini de l’opposition “droite-gauche” et qu’on allait voir ce qu’on allait voir !

Il a fallu peu de temps pour se rendre à l’évidence : Macron accélère le rythme des réformes libérales dont il avait annonçé la couleur : démantèlement et privatisations des services publics, réduction des aides sociales, baisse du pouvoir d’achat,  allègement des charges des entreprises et avantages fiscaux sans aucune contrepartie en emplois et en salaires, pensions contenues en deça de l’augmentation de l’inflation etc..!

Un gouvernement et une majorité parlementaire issus du PS, des Verts, du “centre” et des LR  élargis à la société civile, comme on dit, pour suggérer une diversité idéologique alors qu’il n’en est rien et qu’il y a homogénéité sur le fond et dans les actes : la mise en oeuvre d’une politique libérale d’austérité qui se pare des plumes du progressisme ?

Le PS n’y est plus représenté en tant que tel mais il a donné sa part d’anciens ministres -à commencer par Macron- et de députés pour tenter de nous donner le change : il disait nous conduire vers”le nouveau monde”, celui du progrès technologique, de la science, du numérique et de l’intelligence artificielle. Celui des start-up, de la compétitivité, de la concurrence “libre et non faussée”, de la “liberté d’entreprise” censée permettre à chacun d’accéder à une vie meilleure grâceà la richesse qui profite à tous, selon le discours ressassé depuis des décennies.

Un première échéance électorale arrive : les Européennes et le PS n’en finit pas de créer de nouvelles structures d’accueil de leurs militants et de leur électorat qui ont, pour les uns, choisi d’accompagner Macron, pour d’autres qui tiennent à ne pas disparaître mais à conserver un parti qui, converti au “libéralisme”, a oublié la “transformation sociale” telle que la concevaient ses fondateurs, par  la lutte anti-capitaliste, passablement oubliée.

Au profit d’un réformisme qui se prétend pragmatique, sans toucher aux pouvoirs du patronat et aux privilèges servis aux actionnaires des plus grandes sociétés multinationales. Le PS avait fini par considérer que le libéralisme servait “au mieux les intérêts des salariés”, se justifiait-il, en bonne intelligence avec le patronat le plus dur devant lequel il se montrait un “partenaire” très conciliant du “dialogue social”. Et dépassée la notion de lutte des classes. Elle fait très 19è siècle dans le 16è…arrondissement !

Les premiers à anticiper la dérive -tout en l’ayant soutenu à ses débuts- fondèrent le Parti de gauche avec JL Mélenchon en 2008. Il avait rompu avec le Front de gauche et son allié communiste puis crée la LFI. Nous y reviendrons.

Le PS avait éclaté mais il conservait un groupe à l’assemblée nationale présidé par Olivier Faure qui tentait de contenir l’éclatement provoqué par la victoire de Macron et le ralliement de nombreux “barons”. D’autres prenaient leurs distances, Benoit Hamon créait “Générations.s”, Olivier Maurel et Marie-Noëlle Lienemann décidaient de faire de leur mouvance interne un nouveau parti la “gauche républicaine et socialiste” qui décidait de soutenir et d’intégrer la liste LFI aux Européennes, sans se fondre, du moins dans un premier temps.

JL Mélenchon les avait accueillis très chaleureusement et placé Olivier Maurel en bonne position.

En novembre dernier, l’ancien collaborateur et soutien de Benoit Hamon, Raphaël Glucksman avait crée un nouveau parti “Place publique” censée réunir tout la gauche au nom de l’efficacité d’une candidature commune ? Il s’était proclamé tête de liste et vient de le confirmer le 15 mars, assuré d’avoir le soutien d’une majorité de socialistes tiraillés par le soutien à B. Hamon, une candidature labellisée PS ou le ralliement à LFI.

Les cadres restants du PS ont décidé de se fondre derrière Glucksmann non sans de vives réactions internes : S. Le Foll et Ségolène Royal ont quitté le bureau du PS. Thomas Porcher, l’un des fondateurs de “Place publique” a démissionné, ne voulant pas être cornaqué par le PS. Les choses se compliquent d’autant que Benoit Hamon n’entend pas rejoindre le leader autopraclamé de Place publique, soutenu par “Nouvelle Donne” de Pierre Larrouturou(ex-PS) et le parti de Yanis Varoufakis qui se veut internationaliste et embryonnaire.

Cette tentative de “sauver la gauche” de son éparpillement ne réussit qu’à ajouter une liste de plus qui n’apporte rien qui ne soit porté par d’autres sauf…un peu plus de division. Glucksmann ne brille pas par son audace révolutionnaire. Macron peut dormir tranquille, le MEDEF aussi. Il veut plus d’Europe donc plus d’austérité et ses professions de foi écologistes ne dépassent pas le constat que chacun peut faire. Déplorer l’inertie des gouvernements !

Les solutions, c’est autre chose, on peut se parer des meilleures intentions du monde mais les politiques libérales s’avèrent incompatibles avec les urgences sociales et écologiques. Les grands pollueurs régnant en maîtres sur la nébuleuse des actionnaires se confondent avec avec eux, les yeux vissés sur les taux de profits. Au détriment des besoins les plus élementaires des millions de familles qui galèrent pour boucler les fins de mois de plus en plus difficiles.

Macron est en train “d’exploser” tous nos services publics, nos conquis sociaux -objectif affiché du MEDEF- qualifié de “partenaire social”- pour exonérer les entreprises de cotisations et leur accorder les privilèges fiscaux que l’on sait, du moins aux plus grandes.

Concilier les intérêts des dominants et des dominés relève d’une utopie parfaite et d’une vision que dément l’observation de l’évolution récente des sociétés arrivées à un certain point de développement du capitalisme où la production de richesses n’avait jamais atteint un tel niveau tout comme les inégalités sociales, aussi flagrantes qu’insupportables.

La tentative de sauvetage du PS n’est visiblement pas de tout repos. Le partage des places sur la liste a constitué un autre exercice qu’Olivier Faure -qui avait voté le TSCG en 2012- a tenté de minimiser, préférant s’attarder sur “les bons sondages”. Certains se retirant de la liste proposée néanmoins.

Ils comptent redonner goût à l’Europe “aux orphelins de la gauche” toujours confondue avec le seul PS. Quelle Europe ? C’est toute la question.

René Fredon

 

https://actu.orange.fr/france/europeennes-glucksmann-une-candidature-de-rassemblement-qui-divise-au-ps-CNT000001dMDXo/photos/l-essayiste-raphael-glucksmann-fondateur-dcu-parti-place-publique-annonce-sa-candidature-aux-europeennes-le-15-mars-2019-a-paris-22efab122f2ef02dd58ded1c331d16e7.html

https://www.lemonde.fr/politique/article/2019/03/20/europeennes-hamon-lance-sa-campagne-en-attaquant-le-flou-de-la-liste-de-glucksmann_5438500_823448.html

 

 

 

Laisser un commentaire