Amènagement du port :Falco change de quai…sans rassurer personne

  • par

Le président de TPM a donc renoncé soudainement à ouvrir la consultation réglementaire de la population concernant le projet d’agrandissement du port. Il a soulevé plus de questions qu’il n’en a résolu, en sortant de son chapeau un plan B censé répondre aux interrogations de celles et ceux qui n’adhéraient pas à son projet ou se posaient quelques questions sérieuses.

Ils allaient avoir la parole le 7 décembre et développer leurs arguments. Il la leur a coupée, net. Pas de réunion, pas de consultation, il a un meilleur plan, grâce au préfet maritime, ça vient de tomber !

La DCNs aurait opportunément décidé, pendant le premier week-end de décembre, de mettre à la disposition de TPM 36 000 m2 sur le site du Mourillon suite au transfert sur Ollioules -quelle coïncidence – comme si on l’apprenait ?..Falco a sauté sur l’occasion pour pousser le quai plus loin des habitations et en changer l’orientation. Le tour est joué, on n’en parle plus ? Version officielle.

Le temps de réajuster tout ça, on perdra bien un peu de temps, d’argent aussi peut-être, mais le projet demeure dans ses grandes lignes. Avec exactement les mêmes questions  économiques, environnementales, sanitaires et…financières (coût et financement).

Des questions tranchées en très petit comité, si on en croit les premières réactions et plus encore, l’absence d’échanges et de décisions collectives, “les coups de pied en touche” (Mayol n’est pas loin) avec les citoyens trop curieux alors qu’ils ne font que s’intéresser à la vie de leur cité, à l’opportunité d’un projet lourd aux enjeux multiples qui touchent au cadre de vie, à la santé, pas seulement à l’économie.

Au sein même de TPM, le maire de La Seyne, Marc Vuillemot, a aussitôt réagi dès le lundi matin. En bon diplomate, il invite “à de nécessaires échanges”…après ce qu’il qualifie une “sage décision” qui va permettre de tout mettre sur la table, car il constate qu’il n’y avait pas que de l’enthousiasme au sein même des proches du maire. Du moins en privé.

Lui, il a laissé des traces écrites de ce qu’il avait à dire à la séance d’octobre sur la nécessité d’élaborer un schéma global d’amènagement “pour tirer le meilleur parti possible de notre linéaire de littoral…” Ah! bon, il n’y en avait pas ? Il serait temps de commencer par là, en effet. C’est pour le long terme qu’on aménage un port, avec un schéma directeur étalant l’investissement et décidant de ce qu’on veut -et peut- faire des espaces maritimes et littoraux…avec la population et les associations concernées.

On ne peut se contenter de dire aux électeurs : “c’est dans mon programmme…je le réalise, vous m’avez fait confiance pour ça ! Circulez ; il n’y a plus rien à voir !” Et quand il s’aperçoit que l’opinion, inquiète, se pose beaucoup de questions, au dernier moment le président fait une annonce pour le moins précipitée, en tout cas surprenante.

La CCI, concessionnaire des ports, d’une discrétion monacale jusque là, a mis 24 h pour dire  tout le bien qu’elle pensait du plan B dont elle ignorait tout avant le week-end, à moins qu’il y ait eu des initiés..? Jusque là, elle avait soigneusement évité de se signaler à l’opinion publique et d’évoquer les questions soulevées auxquelles personne ne répondait officiellement.

C’était encore vrai le 12 novembre devant le CIL du Mourillon où plus de deux cents personnes attendaient de pied ferme les 6 élus -dont la députée G. Lévy- qui n’osaient pas entrer dans la petite salle des Anciens “accordée” par défaut, lesquels élus faisaient savoir qu’ils n’avaient pas mandat pour aborder la question de l’amènagement du quai et qu’il faudrait attendre le 7 décembre ! Le maire et son 1er adjoint n’étant pas là. Protestations dans la salle qui se vidait de la moitié de ses occupants.

Pas de réunion non plus le 7 décembre, le maire reprend la main et sort le plan B, annonçant, sans même prendre le temps de la consultation des instances de TPM, que le quai pour l’accueil des gros bateaux de croisières ne se ferait pas au même endroit, mais plus loin des habitations en allant vers Pipady-la Tour royale et pas dans le même sens !

Le chef a tranché…grâce à la marine. Drôle de procédé, drôle de conception de la démocratie participative ! Pourquoi une telle précipitation puisque les terrains militaires ne sauraient échapper à la…métropole ? Et ne pas prendre le temps de revoir l’ensemble du projet, en toute transparence ? En était-on arrivé à des engagements de travaux précis, à des appels d’offres puis attributions suivies d’un calendrier contraignant avec des pénalités de retard ?

La genèse du projet

Cela fait bien 10 ans qu’il est à l’étude. Une analyse du grand projet de rade avait été rendue publique et commentée par la candidate du Modem à la législative de 2012 dans la 2è circonscription. Elle avait été confiée à trois cabinets-conseils privés par le syndicat mixte varois des ports du Levant (SMVPL) dont la création remonte au 1er janvier 2007, à l’initiative du conseil général (à l’époque) et TPM “pour aménager et exploiter les 18 ports de sa compétence”.

Un ingénieur en génie atomique à la DGA, Fabrice Pelestor, avait produit une analyse de l’étude commandée par le SMVPL (1) qui mérite le détour car elle est assez substantielle même si elle avait été faite à usage électoral pour une candidate de la famille UMP par ailleurs gestionnaire de contrat à la base navale de Toulon.

Dès l’introduction cette étude note que “ni la composition, ni les comptes-rendus du comité de pilotage n’ont été rendus publics…” et que “les salariés toulonnais et varois du port de Toulon , ni leurs syndicats, n’ont été associés à ces réflexions...”

Elle met l’accent sur les pouvoirs du SMVPL qui, de fait, devient le propriétaire du port de commerce et des ports de plaisance autour de la rade. L’étude ne prenant en compte que le tourisme de croisière et de grand luxe et nullement le complexe militaro-industriel et ses 20 000 personnels civils, militaires et marins, contractuels et sous-traitants…

Les investissements lourds nécessaires pour développer ou renforcer une activité versatile comme le tourisme, particulièrement de luxe, peuvent vite devenir considérables…il est bien connu, que l’activité touristique n’enrichit pas les populations, elle peut même les appauvrir, car en l’absence de rentabilité il faut d’énormes subventions pour la maintenir et développer ses installations.”

 L’activité touristique et celle de trafic du port de commerce dépendent considérablement des subventions accordées aux Délégations de Service Public…Or la concurrence est rude et les subventions à la baisse…

 Il n’est pas bon de laisser l’avenir d’une ville et d’un département dans les mains d’entreprises privées, comme par exemple celles qui assurent la desserte de la Corse, car, et c’est leur principal objectif, pour faire du bénéfice à tout prix, elles n’hésiteront pas à changer de port d’attache si les subventions (directes ou indirectes) dont elles bénéficient sont plus importantes ailleurs, ce qui est déjà arrivé ! “

Nous vous laissons découvrir le reste de cette analyse d’une étude qui n’a guère passé la porte des bureaux feutrés d’où ne sortent que peu d’informations permettant d’y voir plus clair.

Avant d’aborder les questions d’environnement, de pollutions, de sécurité civile, de perspectives, pour l’auteur de l’étude il ne fait pas de doute que “la conservation des terrains militaires pour l’emploi industriel n’est plus à démontrer.”

N’est-ce pas la question de fond qui doit être posée avec celle, concomittante, de la maîtrise absolue des pollutions et de leurs conséquences, que génère toute activité humaine mais aujourd’hui l’enjeu qualitatif est un impératif local et planétaire.

René Fredon
(1)file:///C:/Users/Ren%C3%A9/Downloads/analyse_du_projet_grand_rade_modem_2012%20(5).pdf

Laisser un commentaire