78è congrès des offices HLM :Le budget 2018 détruit le logement social

Au 78è congrès des organismes HLM qui s’est tenu à Strasbourg du 25 au 28 septembre, le projet de loi de finances pour 2018 a fait l’effet d’une douche froide pour tous les bailleurs sociaux.

Le budget logement est en baisse de 18%, les APL vont être réduites de 1,7 milliards dès l’année prochaine puis une nouvelle ponction de 1,5 Mds est prévue en 2019 !

Une réforme qui porte presque exlusivement sur le secteur social qui loge 10 millions de personnes parmi lesquelles les plus démunies perçoivent une aide personnalisée au logement. Et ils n’ont pas honte de réduire les APL tandis qu’ils baissent l’impôt sur la fortune !

Le comble c’est qu’il est demandé aux bailleurs sociaux d’amortir cette baisse sans procéder à des augmentations de loyer en 2018 ? Autrement dit de payer pour ne pas avoir à ponctionner les bénéficiaires aux ressources des plus fragiles ! Ils piquent dans le budget des offices

Les bailleurs sociaux y voient la volonté de détruire le modèle social et économique qu’ils représentent. Le président de l’association des offices publics de l’habitat qui regroupe 264 organismes HLM a vivement réagi : “ C’est totalement injuste: on fait payer au secteur HLM des dérives en matière de loyers qui sont celles du secteur privé, alors que nos loyers sont encadrés » a-t-il rappelé.

Un Français sur deux vit ou a vécu en HLM: le gouvernement va nous rendre incapables de leur apporter cette stabilité au moment où la précarité, le chômage, les bas salaires augmentent », a déclaré Marianne Louis, secrétaire générale de l’USH (Union sociale de l’habitat, 723 bailleurs).

« On s’attaque aux deux outils de la solidarité nationale envers les plus fragiles: l’APL et le logement social », a estimé Christophe Robert, porte-parole de la fondation Abbé Pierre.

Le secrétaire d’Etat à la cohésion des territoires (car il n’y a plus de ministre du logement) Julien Denormandie qui venait clore le congrès jeudi, a reçu un accueil glacial et bruyant : cornes de brume et sifflets l’ont accueilli. Il prétendait faire avaler aux gestionnaires des organismes publics de logement que son gouvernement allait faire mieux et plus avec moins de crédits en matière sociale, au détriment des plus pauvres !!

En même temps qu’il impose à ces bailleurs sociaux de prendre à leurs charges ces baisses de crédit considérables, provoquant délibérément l’asphyxie du secteur social.

Il n’a pu terminer son discours, des pancartes dénonçant “le casse du siècle” étaient brandies et les congressistes, indignés, quittaient les lieux laissant le ministre à sa démagogie.

On n’a guère vu d’images sur nos télés, aux heures de grande audience, de ce congrès houleux qui a manifesté la volonté des gestionnaires publics ne pas laisser brader le logement social mais d’exiger des moyens supplémentaires pour faire face à la pénurie organisée, construire davantage de logements de qualité accessibles à tous, mieux entretenir et rénover les parcs sociaux, y développer les services publics en liaison avec les associations de locataires et d’aides aux familles.

C’est pour cela que se prépare une grande journée d’action de tous les locataires, des demandeurs de logement, des bailleurs sociaux, de tous les citoyens attachés à notre modèle social, le 14 Octobre à Toulon, comme partout en France, à l’appel d’un collectif très large d’associations de solidarité et de défense des locataires et des mal logés.

Le droit de tous a un toît en est l’enjeu. C’est au pouvoir politique d’en créer les conditions. Et aux citoyens de l’exiger.

René Fredon

https://www.humanite.fr/hlm-remede-antiliberal-la-segregation-sociale-587585

Laisser un commentaire